L’ordonnance électronique, gage d’une amélioration des soins de santé dans les Premières Nations

Par Maureen Taylor

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence l’importance du leadership et de la résilience dans la résolution des problèmes attribuables à des inégalités.

Dans le rapport de l’Agence de la santé publique du Canada de 2020, intitulé Du risque à la résilience : Une approche axée sur l’équité concernant la COVID-19, la Dre Theresa Tam louangeait le leadership et la résilience dont avaient fait preuve les Autochtones durant la pandémie et le succès qu’ils avaient connu. Pour les cas signalés, les Premières Nations vivant dans les réserves avaient des taux plus faibles d’hospitalisation liés à la COVID-19 (8,4 % comparativement à 13,4 % pour la population canadienne générale) ainsi que des taux de décès plus faibles (1,4 %, comparativement à 7,1 %).

La technologie de santé numérique ne va pas miraculeusement aplanir tous les obstacles à l’accès aux soins de santé, mais on peut certes la considérer comme une composante très utile. Là où je travaille, à Mustimuhw Information Solutions (MIS), une entreprise autochtone de développement logiciel appartenant à part entière aux Tribus Cowichan, nous participons au grand projet de numérisation des soins de santé des Premières Nations avec qui nous travaillons.

Voici un bon exemple d’initiative de ce genre : MIS et Inforoute Santé du Canada (Inforoute) ont participé, avec les Premières Nations, à un projet pancanadien d’expansion nationale du dossier médical électronique communautaire appelé « National Community Electronic Medical Record Expansion ». Les communautés des Premières Nations voulaient éliminer leurs dossiers papier pour le remplacer par un outil de santé numérique conçu par les Autochtones, le dossier médical électronique communautaire (DMEc) Mustimuhw (Mustimuhw Community Electronic Medical Record (cEMR)).

Grâce aux efforts qu’elles ont déployés, les communautés ont pu réaliser de nombreux gains d’efficacité ainsi qu’améliorer la coordination des soins et la sécurité des patients. Ce sont ces efforts qui ont mené au changement, et ce sont ceux qui les font qui comblent les lacunes ou éliminent les disparités. Et comme toute grande réalisation, ces efforts s’inscrivent dans une transition plus large et continue.

Grâce au matériel de santé numérique dont elles disposaient désormais, les communautés ont pu se mobiliser pour trouver d’autres façons d’améliorer l’accès aux soins de santé. À l’heure actuelle, nous travaillons activement à déployer des outils d’ordonnance électroniques comme PrescripTIonMC, qui est particulièrement utile dans les localités rurales ou éloignées où il n’y a pas de prescripteur ou de pharmacie (ou même parfois ni un ni l’autre), parce qu’il réduit l’obligation de consulter sur place un médecin ou une infirmière praticienne.

PrescripTIonMC augmente la sécurité et l’efficacité de la gestion des médicaments en reliant les prescripteurs en cabinet aux pharmacies communautaires grâce à la transmission numérique des ordonnances. Le risque de perdre ou d’endommager des ordonnances s’en trouve pratiquement éliminé, tout comme la possibilité de les falsifier, une préoccupation importante dans le contexte de la crise nationale des opioïdes.

L’ordonnance électronique élimine aussi le chassé-croisé entre le téléphone et le télécopieur grâce à son outil de communications cliniques sécurisées, qui permet au pharmacien d’envoyer directement ses questions dans le DME du clinicien et à celui-ci d’y répondre.

Pharmaciens et prescripteurs peuvent donc s’entendre rapidement sur l’approche à adopter et fournir le meilleur médicament au patient. En améliorant la communication et l’exactitude du processus de prescription, l’ordonnance électronique réduit les possibilités de mauvaises utilisations des médicaments et facilite le respect du traitement pharmacologique, gage de meilleurs résultats en santé.

À titre de fournisseurs de services de santé numériques aux Autochtones, nous souhaitons surtout favoriser la résilience en participant à ce grand projet de numérisation dans les communautés des Premières Nations. Il n’existe pas de panacée aux problèmes d’équité en santé, mais on peut réaliser des choses extraordinaires lorsqu’on travaille main dans la main.

Cet article a initialement été publié dans la revue Canadian Healthcare Technology.


Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.

À propos de l'auteur
Maureen Taylor

Maureen Taylor

Maureen Taylor est chef de l’exploitation de Mustimuhw Information Solutions Inc. (MIS), fournisseur de solutions technologiques en santé, de services aux enfants et aux familles et de solutions d’accès des patients autochtones.