Un premier projetathon canadien sous le signe de la connexion et de la collaboration

Par Michelle Cerqua

Imaginez un monde dans lequel nous pourrions tous partager l’information sur notre santé, peu importe l’endroit où nous nous trouvons. Par exemple, admettons que vous êtes en voyage dans une autre province au moment où vous tombez malade. Ne serait-il pas utile que le médecin de la clinique sans rendez-vous locale puisse passer en revue les médicaments qui vous ont déjà été prescrits avant de vous en prescrire un autre?

Ou admettons que vous rencontrez un nouveau spécialiste : ne serait-il pas avantageux qu’il ait pu consulter vos antécédents médicaux avant que vous entriez dans sa salle d’examen ou que vous vous connectiez pour une consultation virtuelle?

Ou encore, admettons que vous avez subi un accident : ne serait-il pas fantastique que le médecin de l’urgence puisse déterminer rapidement et directement si vous avez des allergies ou des problèmes de santé sous-jacents et qu’il ait accès au nom de votre médecin de famille?

Imaginez tout le temps précieux que vous pourriez gagner si vous n’aviez pas à répéter sans cesse vos antécédents médicaux ou à vous assurer de n’en oublier aucun!

Voilà autant de cas où les patients et les cliniciens pourraient tirer profit du résumé du dossier du patient. Ce résumé comporte une sélection normalisée de renseignements sur le patient et peut comprendre des éléments comme les allergies du patient, les vaccins qu’il a reçus et la liste des médicaments qui lui ont été prescrits. Avec ses partenaires, dont de multiples chefs de file des provinces, Inforoute a facilité l’exécution d’un processus de concertation devant mener au développement d’une spécification provisoire pour l’essai du Résumé pancanadien du dossier médical du patient (RDP-CA). Créé à partir du Résumé international du dossier médical du patient, le RDP-CA est formé de blocs qui peuvent être échangés et configurés dans les systèmes de santé des provinces et territoires.

Le RDP-CA suppose l’échange d’une grande quantité d’information sur la santé entre de multiples personnes. Il doit aussi être interopérable, c'est-à-dire que l’information doit pouvoir être partagée et comprise par différents systèmes et diverses solutions. Par exemple, le RDP-CA doit pouvoir être utilisé par un clinicien qui utilise le système d’information d’un hôpital, un clinicien de première ligne qui se sert d’un dossier médical électronique ou un patient qui consulte son dossier sur son téléphone intelligent. Lorsque les systèmes sont dotés des caractéristiques techniques nécessaires pour l’échange de l’information (au moyen, par exemple, d’API), nous obtenons des soins plus connectés et plus collaboratifs, où le patient est plus en mesure d’accéder à son information médicale.

Pour valider la spécification du RDP-CA, Inforoute et IHE Catalyst ont récemment collaboré afin de mener à bien le premier projetathon canadien, une pratique utilisée internationalement pour la normalisation et l’interopérabilité des données. Il s’agit d’un événement où l’on procède à des tests et à du prototypage, un peu comme on le ferait dans des jeux de rôles ou une simulation. Les fournisseurs participants ont testé diverses combinaisons de variables, mélangeant et jumelant différentes transactions (le contenu à partager) et différents acteurs (ceux qui le partagent).

Durant le projetathon, les fournisseurs ont complété le développement de leurs systèmes pour qu’ils respectent la spécification du RDP-CA, et ils ont été en mesure de mettre au point et d’échanger sur FHIR un résumé du dossier du patient bien formé. Au total, 67 tests ont été réalisés sur 6 profils, un résultat fort impressionnant pour un premier projetathon. Non seulement le projetathon a-t-il permis de démontrer l’efficacité de la spécification RDP-CA, mais il a aussi illustré l’importance de ce type d’événement pour la conception et le développement.

Des projetathons sont effectués partout dans le monde. En organisant ce type d’activités au Canada, nous aidons les fournisseurs à se conformer aux normes internationales. Cette méthodologie peut aussi servir pour d’autres activités que le RDP-CA. Par exemple, un fournisseur pourrait tester un nouvel élément de code pour un DME. Il pourrait même utiliser en ensemble existant de codes normalisés et harmonisés pour ce faire. En optimisant le processus de test et de validation, on peut réduire le temps nécessaire à la conception et au développement, de sorte que les innovations peuvent être mises à la disposition des utilisateurs plus rapidement.

En définitive, l’interopérabilité est plus que « des systèmes qui parlent le même langage ». Les gens qui utilisent ces systèmes doivent aussi se comprendre. Grâce à des activités de collaboration comme le projetathon, les fournisseurs peuvent approfondir leur compréhension des flux de tâches cliniques et travailler ensemble à mettre en place des solutions qui profitent aux patients, aux professionnels de la santé et au réseau de la santé.

Après tout, le but est le même pour tout le monde – fournisseurs, professionnels de la santé et patients. Nous voulons un réseau de la santé plus connecté et plus collaboratif, dont les patients sont en meilleure santé. Après les trois jours du projetathon, nous pouvons dire que nous avons fait un pas de géant vers la réalisation de cette vision.

Allez sur InfoScribe pour en savoir davantage sur le RDP-CA et ses versions. Vous aimeriez en connaître plus sur l’expérience du projetathon? Écoutez cet épisode de l’Info-Balado sur la santé numérique, qui met en vedette plusieurs participants du projetathon!


Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.

À propos de l'auteur
Michelle Cerqua

Michelle Cerqua

Professionnelle de l’informatique de la santé, Michelle Cerqua travaille dans le secteur de la santé depuis plus de 15 ans. Forte de son expertise en gestion de projets, en portefeuilles d’activités et en gestion du changement, acquise dans le cadre de ses diverses fonctions au sein du réseau de la santé à l’échelle locale, provinciale et nationale, elle met son expérience et ses intérêts à profit dans le rôle de direction qu’elle exerce actuellement pour le programme d’interopérabilité d’Inforoute Santé du Canada.