#Nousrépondonsàl’appel : Semaine nationale des soins infirmiers 2021

Par Waldo Beauséjour

La Semaine nationale des soins infirmiers a lieu chaque année la semaine du 12 mai, date de l’anniversaire de la pionnière des sciences infirmières Florence Nightingale. Elle vise à célébrer la profession infirmière et à souligner le dévouement et les contributions des infirmières de partout au Canada. Le thème choisi cette année, #Nousrépondonsàl’appel, reconnaît les multiples rôles que jouent les infirmières dans le réseau de la santé et dans le parcours du patient.

Ce thème revêt une importance toute particulière dans le contexte de la pandémie de COVID-19. En cette période où la prestation des soins de santé connaît des difficultés sans précédent, les infirmières font preuve d’un courage et d’un dévouement remarquables, quel que soit le domaine où elles exercent. Dans les hôpitaux, les cliniques et les cabinets virtuels de partout au pays, elles ont adopté une panoplie de rôles et d’outils pour maintenir la sécurité des Canadiens et veiller à ce que les patients reçoivent les soins nécessaires.

Déjà aux avant-postes des soins de santé, les infirmières sont aussi à l’avant-garde de l’adoption de la santé numérique. Selon des données de suivi de la COVID-19 colligées par Inforoute, 40 % des consultations en première ligne sont maintenant virtuelles. En même temps, nous avons découvert que 17 % des répondants au sondage ont signalé avoir déjà téléphoné à un service de télétriage ou à une ligne de soins infirmiers pour obtenir des conseils médicaux.

Même avant la pandémie de COVID-19, les infirmières s’étaient préparées à adopter les soins virtuels. En effet, le Sondage national des infirmières et infirmiers du Canada 2020 a révélé que de décembre 2019 à février 2020, la moitié des infirmières au pays avaient déjà utilisé au moins une forme de technologie de soins virtuels. Il s’agit d’une hausse marquée par rapport aux 20 % notés en 2017. De plus, dans un rapport de recherche à paraître, nous avons observé une hausse de la proportion d’infirmières qui utilisent les technologies de soins virtuels pour intervenir dans les communautés rurales ou éloignées.

Voici quelques exemples des technologies de soins virtuels utilisées par les infirmières :

  • Courriel sécurisé/messages textes
  • Vidéoconférences
  • Télésurveillance des patients/surveillance de la santé à domicile
  • Consultations d’un clinicien à distance en compagnie d’un patient

En plus de ces technologies de soins virtuels, certaines infirmières praticiennes se tournent vers des outils comme PrescripTIon, le service national d’ordonnances électroniques du Canada. Comme elles sont autorisées à diagnostiquer des problèmes de santé complexes et, dans certains cas, à prescrire des médicaments, l’ordonnance électronique leur permet de s’assurer que leurs patients reçoivent les médicaments nécessaires et leur évite des consultations en personne.

L’utilisation de ces technologies de santé numériques par les infirmières témoigne de leur capacité à s’adapter à la crise sanitaire qui fait rage et à passer en grand nombre aux soins virtuels. La COVID-19 a bouleversé le réseau canadien de la santé et lui a imposé d’énormes difficultés. Partout au pays, les infirmières donnent des soins, des conseils experts et du soutien, souvent par pur dévouement.

Les infirmières ont répondu à l’appel des Canadiens. Voyons comment nous pouvons, nous, répondre à leur appel. Suivez #Nousrépondonsàl’appel et #JeConnaisUneInfirmière (ou #JeConnaisUnInfirmier) sur les médias sociaux pour participer à la conversation, et visitez le site de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada pour en savoir plus au sujet de la Semaine nationale des soins infirmiers.


Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.

À propos de l'auteur
Waldo Beauséjour

Waldo Beauséjour

Waldo Beauséjour est titulaire d’une maîtrise en économie appliquée. Il est actuellement analyste au sein de l’équipe Analytique du rendement chez Inforoute Santé du Canada. Il compte plus de 10 années d’expérience dans les domaines de la recherche sociale appliquée et de recherche quantitative. Il a participé (comme responsable ou contributeur) à plusieurs sondages quantitatifs, recherches et travaux visant à évaluer les impacts sur les résultats de santé d’interventions lancées ou financées par le gouvernement.