Partager :

Parler de la santé numérique à votre patient

Publié le 22 mars 2016 par Dr Rashaad Bhyat

«  La santé numérique a jusqu’ici évolué hors de notre cocon médical. Le temps est venu de l’y intégrer. »
– Dr Eric Topol1

Il y a quelque temps, j’ai commencé à remarquer que les conseils que je donnais à mes patients sur des sujets divers n’avaient pas l’effet escompté. Il arrivait même que ceux à qui je décrivais un problème médical quelconque me regardaient avec une expression perplexe tout à fait révélatrice.

C’est ce qui m’a amené à adapter ma pratique à l’ère du numérique et à commencer à leur prescrire des ressources numériques, qui ont par ailleurs été très bien reçues.

Agir en tant que ressource pour leurs patients est l’un des rôles les plus importants de tous les médecins, et en particulier des médecins de famille.2

Ce rôle peut revêtir bien des formes, mais il arrive fréquemment qu’il consiste à aider les patients à s’y retrouver lorsqu’ils doivent évoluer dans un réseau de la santé particulièrement complexe.

Le monde moderne est défini par l’afflux d’une information abondante, accessible sans filtre à une foule de gens en raison de l’omniprésence d’Internet et des appareils mobiles. Le volume de l’information médicale évaluée par les pairs qui peut être consultée, en particulier, peut sembler renversant.3

Nous, les médecins, pouvons éviter à nos patients de s’embourber dans toute cette information en les guidant au mieux de nos capacités. Nous pouvons mettre notre connaissance des technologies de la santé numérique à leur service et leur donner les connaissances fondamentales dont ils ont besoin pour comprendre comment l’information sur leur santé est gérée et, plus essentiel encore, comment ils peuvent eux-mêmes la gérer. Nous pouvons aussi mieux les sensibiliser aux avantages et aux limitations des technologies actuelles.

Par exemple, consultez-vous au hasard des sites Internet pour trouver des vidéos sur la façon de traiter une tache apparue sur votre visage? Ce n’est peut-être pas une très bonne idée, surtout si la solution qu’on vous y propose est de la frotter avec du peroxyde.4

Consultez vous sur YouTube des vidéos dont l’information a été vérifiée par des experts, par exemple celle qui porte sur des solutions pour demeurer actif et qui a été publiée par le Dr Mike Evans, un leader éclairé dont la réputation n’est plus à faire?5 Ce peut être une excellente idée, qui pourrait fort bien vous être utile si elle s’inscrit dans une stratégie globale pour gérer votre diabète.

Ce qui compte, c’est de dialoguer ouvertement avec les patients et de reconnaître que notre rôle à titre de ressource sur la santé peut graduellement se transformer pour faire de chacun de nous un genre de « coach de la santé ».

Voici certains des aspects de la santé numérique que nous pourrions devoir aborder avec nos patients :

  • Applis (particulièrement celles qui sont destinées aux appareils mobiles) – Les applis devraient être choisies avec soin et être adaptées au patient et à ses problèmes de santé. L’Association médicale canadienne (AMC) a récemment publié un guide pratique sur la recommandation d’applis pour appareils mobiles aux patients. De plus, le Dr Kendall Ho, de l’Université de la Colombie-Britannique propose des conseils pour le choix d'une application de santé numérique.
  • Sites Web – le choix d’un site approprié peut beaucoup dépendre de la maladie en cause; certains donnent de la très bonne information générale (comme la page de ressources « Pour les patients » du Collège des médecins de famille du Canada, ou le site américain Medline Plus) ou de l’information très spécifique (comme la Page de ressources en santé mentale du Réseau Portico pour les patients et les membres de leur famille)
  • Dossiers de santé personnels (DSP) et portail-patients – Ces outils sont déployés graduellement et selon diverses capacités partout au pays et permettent l’établissement d’une nouvelle relation entre les patients et l’information sur leur santé. Nous pouvons encourager les patients à voir si leur organisation de la santé locale offre ce service (p. ex. le service MyChart du CHEO).
  • Dossiers médicaux électroniques (DME) et dossiers de santé électroniques (DSE) – Nous pouvons expliquer la différence entre ces deux concepts et en donner des exemples propres au contexte canadien (un exemple de DME peut être un logiciel que votre médecin utilise pour gérer l’information sur votre santé; le Netcare de l’Alberta (site en anglais) est un exemple de DSE fonctionnel). Vous trouverez ici un article de blogue qui propose une définition simple pour chaque terme. Les systèmes sont-ils interconnectés? Ce sujet, connu dans l’industrie sous le nom d’interopérabilité, est d’une importance cruciale. En effet, bien des patients présumeront tout naturellement que les systèmes informatiques utilisés en santé sont tous reliés et que l’information y circule sans problème, comme dans l’industrie bancaire. Ce n’est pas le cas, mais les choses s’améliorent graduellement.6 Mais pour l’instant, l’information en soins de santé demeure très compartimentée, et les patients devraient en être conscients.

Nous pouvons aussi approfondir nos connaissances sur certains de ces sujets. Par exemple, l’Association des facultés de médecine du Canada (AFMC) a établi un partenariat avec Inforoute pour produire une série d’ateliers de perfectionnement en santé électronique gratuits et accrédités destinés aux cliniciens enseignants. Le contenu de ces ateliers de même que du matériel de référence utile sont inclus dans une trousse sur la santé numérique qui se trouve sur le site Web de l’AFMC.

Ces discussions au sujet des soins de santé à l’ère du numérique deviennent essentielles. Il est de notre intérêt de les avoir et d’en tirer des apprentissages.

Et vous, quel genre de discussions avez vous avec vos patients à ce sujet? J’aimerais bien le savoir!

Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.

1http://www.wsj.com/articles/SB10001424052702303404704577311421888663472
2http://www.cfpc.ca/projectassets/templates/category.aspx?id=885&langType=3084
3http://www.bmj.com/content/341/bmj.c6815
4Cet exemple de mauvais conseil trouvé sur Internet est authentique.
5http://www.evanshealthlab.com/
6https://www.infoway-inforoute.ca/fr/solutions/interoperabilite-clinique


rbhyat 100Rashaad Bhyat

Le Dr Rashaad Bhyat est responsable clinique au sein du groupe Adoption clinique, chez Inforoute Santé du Canada. Il est également médecin de famille et s'intéresse tout particulièrement à la santé numérique. Il pratique dans un cabinet de médecine familiale doté d'un DME dans la région du Grand Toronto.

La médecine de précision exige une terminologie de précision. Sinon, nous risquons de causer du tort aux patients à… https://t.co/5zfAmaQK2n

par Inforoute,

logo inv fr

La santé numérique à votre service.

 

Transformer les soins de santé au Canada grâce aux technologies de l’information sur la santé.

Nous joindre

Demandes de renseignements généraux

Tél. : 416-979-4606
Sans frais : 1-888-733-6462

Approvisionnement

Tél. : 514-868-0550

Demandes de renseignements des médias

Tél. : 416-595-3167
Sans frais : 1-888-733-6462