C’est la Semaine de la santé numérique! Joignez-vous aux célébrations. En savoir plus >

Partager :

Des gains d’efficience pour les utilisateurs des fonctions spécialisées du DME

Publié le 10 septembre 2019 par Bobby Gheorghiu et Chad Leaver

Les médecins sont extrêmement occupés. C’est pourquoi il importe de trouver des solutions qui leur permettront d’être plus efficients. L’une de ces solutions passe par une utilisation optimale des dossiers médicaux électroniques (DME); en effet, les médecins qui utilisent les fonctions plus spécialisées de leur DME disent en retirer des gains d’efficience.

L’utilisation des DME par des médecins de première ligne de partout au Canada a augmenté depuis dix ans : alors que 37 % d’entre eux s’en servaient en 2009, cette proportion avait grimpé à 85 % en 2017. Alors que les tâches fondamentales exécutées à l’aide du DME regroupent l’entrée et la consultation électroniques des observations au sujet du patient et la production des ordonnances, ses utilisations plus spécialisées comprennent :

  • l’aiguillage électronique des patients vers des spécialistes;
  • l’activation d’une fonction d’alertes ou d’avertissements automatiques en cas, par exemple, d’interaction médicamenteuse ou de risque de surdosage, pour des ordonnances sûres;
  • la réception des résumés d’hospitalisation des patients qui ont reçu leur congé;
  • l’utilisation de fonctions d’analytique ou de rapport à partir des données du DME du cabinet en vue de faire ressortir les patients qui pourraient avoir besoin de soins ou d’un traitement de suivi.

L’une des plus intéressantes réflexions tirées du Sondage des médecins canadiens 2018 concerne la relation entre l’utilisation de multiples fonctionnalités du DME et la perception d’efficience de la clinique ou du cabinet qui l’utilise. L’étude a révélé que 92 % des médecins qui utilisent de six à neuf fonctionnalités déclarent offrir « des soins plus efficients grâce au DME », contre seulement 67 % des médecins qui n’en utilisent qu’une ou deux. La liste complète des fonctionnalités accessibles figure dans le rapport de l’étude.

Cette situation donne à croire que l’établissement de stratégies coordonnées devant permettre aux médecins de première ligne du pays d’adopter et d’intégrer à leur pratique des fonctionnalités spécialisées du DME pourrait en augmenter l’efficience. Vous venez de lire le premier d’une série de deux articles; le second examine comment l’utilisation du DME par les médecins évolue après les deux premières années.

Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.


Bobby GheorghiuBobby Gheorghiu

Bobby est gestionnaire, Tendances et Rendement, chez Inforoute Santé du Canada, où il collabore avec différents partenaires pour mesurer l'adoption de la santé numérique et démontrer les avantages des investissements dans ce domaine. Il est titulaire d'une M.Sc.S. en politique, gestion et évaluation de la santé de l'Université de Toronto.

author cleaverChad Leaver

Chad dirige les activités nationales de recherche, d'évaluation et de communication d'Inforoute qui sont liées aux portefeuilles d'investissement des Services d'évaluation ainsi que Santé grand public et Innovation.

La clé de pratiques de prescription sécuritaires : améliorer la sécurité, réduire le gaspillage et améliorer la san… https://t.co/h5vDG7M6q8

par Inforoute,

logo inv fr

La santé numérique à votre service.

 

Transformer les soins de santé au Canada grâce aux technologies de l’information sur la santé.

Nous joindre

Demandes de renseignements généraux

Tél. : 416-979-4606
Sans frais : 1-888-733-6462

Approvisionnement

Tél. : 514-868-0550

Demandes de renseignements des médias

Tél. : 416-595-3167
Sans frais : 1-888-733-6462