Partager :

En meilleure santé. Ensemble. : Le point de vue d'une citoyenne

Publié le 24 juillet 2017 par Kerri MacKay

Les histoires sont rarement l'œuvre d'une seule personne — et il en est de même du changement. En mars dernier, Inforoute a rassemblé divers acteurs du changement qui évoluent dans le secteur canadien de la santé afin qu'ils racontent leurs histoires et leurs expériences de la santé numérique telles qu’ils les vivent dans leur région respective. Durant deux journées, 34 patients, proches aidants, concepteurs de technologies et d'autres personnes ont élaboré, ensemble, une vision de la santé numérique au Canada pour les dix prochaines années.

J'avais passé la semaine précédant l'atelier En meilleure santé. Ensemble. sur la route, pour aller visiter le Sibley Innovation Hub de l'Université Johns-Hopkins et participer à une conférence sur le blogage à Philadelphie. Pourtant, loin de m’avoir exténuée, ces activités m’avaient énergisée et mise dans un état d'esprit qui convenait parfaitement à l'atelier : quelles sont les histoires des gens et comment pourrions-nous innover — ensemble — pour améliorer les choses? Au cours d'un remue-méninges encadré par l'équipe d'Inforoute, les participants de l'atelier ont raconté leurs histoires et leurs expériences de la santé numérique, quel que soit le moyen qu’ils utilisent pour y accéder : de façon indépendante en ligne, par le dossier de santé électronique (DSE), un portail ou une application, pour ne nommer que ceux-là. Nous avons aussi discuté des facteurs qui favorisent ou entravent la santé numérique au Canada.

Au fil des discussions, nous avons pris conscience des inégalités qui existent à l'échelle nationale pour ce qui est de l'accès à la santé numérique (p. ex. le DSE), en plus de nous pencher sur les obstacles particuliers auxquels se butent certaines personnes. Par exemple, j'habite au Manitoba, et je n'ai pas accès à mon DSE, alors que d'autres Canadiens ont accès au leur. Et même si certains Canadiens bénéficient d'un accès à leur DSE, cela ne veut pas dire qu'ils ont les outils pour le faire. En effet, comme je l'ai découvert en faisant des recherches sur les résultats des traitements de l'asthme et sur l'accès aux soins primaires en collaboration avec l'Université de l'Alberta, un grand nombre de résidents des régions rurales ou du nord n'ont pas accès à Internet. En outre, il y a des gens qui ne possèdent pas le niveau de littératie en santé requis pour bien comprendre l'information qui se trouve dans leurs dossiers médicaux. D'autres encore, comme mes amis aveugles, ne peuvent pas consulter leur DSE ou un portail ni utiliser une application de santé si ces outils sont incompatibles avec leur logiciel de lecture d'écran. Il y a des barrières dès lors que les Canadiens n'ont pas tous accès également à l'information de santé numérique par l'intermédiaire de leur réseau de santé régional, et, malheureusement, les obstacles ne s’arrêtent pas là.

Cependant, l'atelier n'avait pas pour but de faire ressortir tous ces points négatifs. Il visait plutôt à définir comment nous pourrions, en tant que citoyens — plus précisément, ceux qui, volontairement ou non, sont en contact avec le réseau de la santé — transposer ces problèmes en solutions et apprendre les uns des autres. Comme c'est toujours le cas quand il est question d'innovation, nous ne sommes pas tombés d'accord sur tout. Par contre, nous nous sommes tous entendus sur une chose à laquelle je crois depuis des années : tous les Canadiens devraient avoir le même accès à la santé numérique et aux systèmes d'information sur la santé. En tant que Manitobaine, j'ai été renversée de lire le tweet d'un patient du Réseau universitaire de santé de Toronto, qui expliquait qu'il lisait le rapport du radiologiste tout en retournant à pied au cabinet de son médecin. Pendant ce temps, j'envoyais une télécopie à mon médecin parce que je ne pouvais pas laisser de message sur son répondeur si mon cas n'était pas urgent. Il ne fait aucun doute que nous pouvons faire mieux que cela!

Ensemble, nous avons partagé nos histoires, vu plus grand et envisagé le meilleur.

Ensemble, nous avons proposé une vision d’avenir pour faire de la santé numérique un outil plus connecté, plus intégré et plus innovateur pour les Canadiens.

Je me réjouis d'avoir eu la chance de faire partie de cet ensemble, de cette histoire, et j'espère que nous resterons à l'affût des possibilités d'améliorer les soins de santé pour des années à venir.

Déclaration : J’ai écrit ce texte à la demande d’Inforoute Santé du Canada, pour son blogue Inforoute en direct. Inforoute m'a fourni des directives pour la rédaction de mon article, sans toutefois en modifier le contenu, et m'a permis de publier celui-ci sur mon propre blogue. Inforoute a assumé tous les frais associés à ma participation à l'atelier (vol, hébergement, repas et transports terrestres).

Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.


Bobby GheorghiuKerri MacKay

Kerri MacKay est rédactrice/blogueuse, coach, adepte de la quantification de soi et patiente engagée vivant avec de l’asthme et un TDAH. Autrefois, elle haïssait les cours d’éducation physique, pourtant, elle est maintenant bachelière en enseignement de l’éducation physique et de l’éducation à la santé de l’Université de Winnipeg. Kerri adore les avions, les t-shirts, les petits gâteaux et être entraîneuse de goalball. Communiquez avec elle sur Twitter @KerriYWG ou sur son site KerriOnThePrairies.com.

Le Dr Steven Reynolds croit que le réseau de la santé doit arrêter de faire subir un parcours du combattant aux pat… https://t.co/8AFwbil31e

par Inforoute,

logo inv fr

La santé numérique à votre service.

 

Transformer les soins de santé au Canada grâce aux technologies de l’information sur la santé.

Nous joindre

Demandes de renseignements généraux

Tél. : 416-979-4606
Sans frais : 1-888-733-6462

Approvisionnement

Tél. : 514-868-0550

Demandes de renseignements des médias

Tél. : 416-595-3167
Sans frais : 1-888-733-6462