Partager :

Blogue : Inforoute en direct

Transformons la formation pour mieux préparer les étudiants au virage numérique en santé

Publié le 16 novembre par Gilles Leclerc

Les technologies de l'information vont-elles transformer les soins de santé? Comme la plupart d'entre vous, je suis convaincu que oui. Les dossiers numériques, l'ordonnance électronique, les appareils connectés, les applis mobiles, la robotique, la télésanté et l'intelligence artificielle ne sont que quelques exemples des changements qui s'opèrent dans le secteur canadien de la santé. Tandis que le réseau de la santé poursuit son inévitable mutation numérique, on pourrait s'étonner d'apprendre que, à ce jour, les universités ont accordé peu de place à l'enseignement des notions de santé numérique.

De fait, selon ce qu'en disent les étudiants en sciences de la santé de l'Université de Montréal (n = 294), le contenu relatif à la santé numérique est soit inexistant, soit insuffisant dans les programmes d'études (74,7 %). En outre, ils estiment que l'enseignement des compétences (76,9 %) et des connaissances liées à la santé numérique devrait être prioritaire, surtout en ce qui a trait aux pratiques exemplaires en santé numérique (80,6 %), aux questions juridiques et déontologiques (59,9 %) ainsi qu'aux possibilités et enjeux globaux de la santé numérique (56,1 %). Qui plus est, 88,6 % des étudiants sondés jugent qu'il faut combler ces lacunes de toute urgence, notamment par la prise de mesures efficaces au cours des cinq prochaines années.

Même si la plupart d'entre vous considéreront ces résultats comme anecdotiques et conjecturaux vu le faible échantillon d'étudiants, ce portrait devrait à tout le moins faire prendre conscience aux administrateurs universitaires, dirigeants cliniques et associations professionnelles qu'il faut améliorer l'enseignement de l'informatique de la santé dans les programmes d'études.

Dans un premier temps, la communauté universitaire pourrait commencer par reconnaître, comme le proposent Gray et ses collaborateurs (2014), qu’avec l'informatisation des soins de santé vient une nouvelle réalité :

  • les étudiants, enseignants et professionnels de la santé doivent acquérir un nouveau savoir;
  • ce nouveau savoir n'est pas forcément intuitif, ni un problème générationnel qui se résoudra de lui-même une fois l'arrivée sur le marché du travail de jeunes professionnels de la santé;
  • les universités devraient jouer un rôle de chef de file dans la formation en santé numérique des étudiants, enseignants et professionnels de la santé.

De manière plus concrète, au cours des deux dernières depuis deux ans, à l’Université de Montréal, des pairs leaders se sont appliqués à mobiliser les étudiants, les enseignants et les professionnels au moyen de diverses initiatives interdisciplinaires, et ce, afin de les sensibiliser aux enjeux et possibilités de la santé numérique. À notre grande surprise, ces initiatives nous ont permis de constater collectivement deux faits importants. Premièrement, de nombreux projets de recherche et développement en santé numérique sont en cours dans nos universités, mais ils n’ont qu’un rayonnement limité dans notre communauté. Deuxièmement, les cliniciens et enseignants en sciences de la santé participent peu à ces projets de recherche et développement.

Par conséquent, les universités devraient favoriser les interactions entre les diverses professions et disciplines, intégrer l’enseignement des compétences et connaissances en santé numérique dans les programmes d’études et, enfin, permettre aux cliniciens et enseignants de collaborer avec le milieu de la recherche et développement pour qu’ils acquièrent une meilleure compréhension des modèles et technologies de santé numériques.

Sans l’ombre d’un doute, les technologies d’information transformeront les soins de santé. Mais les enseignants en sciences de la santé seront-ils capables de s’adapter et de faire face aux défis qu’apporte cette nouvelle réalité? Je n’en suis pas si sûr.

Cet article de blogue est le troisième d’une série de trois portant sur la  ressource électronique conçue pour les étudiants en pharmacie.

Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.


Gilles LeclercGilles Leclerc , B. Pharm. Ph. D.

Pharmacien de formation, Gilles participe à l'élaboration, à l'implantation et à l'évaluation du programme de doctorat en pharmacie à l'Université de Montréal. Son intérêt pour les aspects pédagogique, technologique et évaluatif l’a amené à faire un doctorat en mesure et évaluation en 2003. Depuis, par divers programmes de bourses auxquels il collabore ou qu’il dirige, Gilles se consacre à l’avancement des innovations technologiques, des méthodes d’évaluation et de la recherche fondée sur des données probantes dans l’enseignement de la pharmacie.

logo inv fr

La santé numérique à votre service.

 

Transformer les soins de santé au Canada grâce aux technologies de l’information sur la santé.

Nous joindre

Demandes de renseignements généraux

Tél. : 416-979-4606
Sans frais : 1-888-733-6462

Approvisionnement

Tél. : 514-868-0550

Demandes de renseignements des médias

Tél. : 416-595-3167
Sans frais : 1-888-733-6462